Bien que la recherche scientifique sur la question de l’adulte HP propose de nouveaux modèles d'identification, dans la pratique courante, le test de QI est encore (malheureusement) à peu près le seul outil utilisé pour déterminer si une personne est HP.

 

Officiellement, la prévalence est évaluée à 2%. Mais ce chiffre renvoie à un paramètre arbitraire:  un QI supérieur à 130. Cela nous paraît peu fiable dans la mesure où le passage du test de QI est dépendant d’un nombre incalculable de facteurs.

 

Tous les sujets recrutés pour les études ont effectivement un QI supérieur à 130. Autrement dit, il s’agit d’individus qui se sont trouvés dans les conditions optimales pour exprimer leur potentiel intellectuel à ce moment précis du passage du test. Cela exclut d’emblée tous les autres, notamment ceux qui ont très tôt dû mettre leur personnalité et leurs talents entre parenthèses pour survivre dans un environnement (familial, social, économique, ethnique,...) peu favorable.

 

Un vivier important de hauts potentiels existe autour de nous et est très mal exploité. Nous souhaitons permettre au maximum d’individus dotés de dons ou de talents variés de pouvoir les exprimer sans crainte avec l’idée sous-jacente que ces personnes ont quelque chose à apporter au monde.

 

 

Auto-évaluation
 
La question du haut potentiel soulève de nombreux débats. Il ne s'agit pas de disserter sur la question de l'existence ou non-existence du phénomène; ce dernier est attesté par de nombreuses publications scientifiques. 
 

D'une manière générale, la manière la plus "solide" et sans ambiguité de détecter le HP est le test de QI. Un test de QI>130 atteste sans équivoque la présence du HP. Cependant, le passage du test en lui-même soulève de telles complications qu'il n'est pas toujours recommandé à l'adulte.

 

En effet, l'histoire de chacun, les souffrances et les blessures vécues ont pu fragiliser la structure cognitive de l'individu. Il se peut que ce dernier n'aie jamais exploité ses capacités intellectuelles. Par ailleurs, il est fréquent d'avoir affaire à des individus ayant développé une véritable inhibition intellectuelle (blocage plus ou moins conscient des capacités cognitives) susceptible d'influencer le test et donner un "faux négatif".

 

Aussi dans le cas de l'adulte à haut potentiel, nous recommandons l'usage de tests d'auto-évaluation ainsi que la lecture d'ouvrages ayant trait à la question.